8 - Iraty, 1327 m - Logibar, 375 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
1e partie : Hendaye - Gabas
8 - Iraty, 1327 m - Logibar, 375 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 250 m. Dénivelé – 1202 m. 12 km, avec la passerelle d'Holzarté

Après Iraty ...Le temps est très beau et la descente dans le chemin est radieuse tant le paysage est somptueux avec en plus la brume qui décline les vallées en tons dégradés.

Sur le beau sentier en balcon, séance photos de ce paysage, puis la pente s'incline doucement vers la vallée. Le chemin n'est pas balisé, mais le terrain est vaste et l'on se dirige plutôt au nez. Arrivés aux abords d’un bosquet d’arbres, il faut choisir entre deux possibilités. La route est loin en contrebas, elle mène à Larrau, donc suivons la en parallèle.

Après les pâturages, les sempiternelles fougères, puis une clôture bordant un champ, nous remontons un peu pour franchir cet enclos par une petite porte en bois, qui aurait besoin d'un peu d'entretien. De vagues traces, qu'importe, il faut toujours descendre, un semblant de sentier, puis une ancienne voie abandonnée depuis longtemps et enfin une piste plus large. Nous contournons une propriété, franchissons une barrière et atteignons une route. La variante du GR est peut être vers la gauche, néanmoins, nous préférons la droite, car c'est le fond de la vallée.

Nous parvenons sur la petite route départementale juste avant Larrau… La petite ville n'est pas loin, il est midi et des poussières et toujours d'après le topo guide, nous devrions trouver de quoi faire quelques provisions pour le déjeuner et le pique-nique de demain. A l'entrée une voiture est arrêtée, son conducteur nous indique que la boulangerie est fermée et qu'il n'y a pas grand chose d'autre. Cela s'annonce mal…

…La signalisation est très bien faite, mais rien n'indique un épicier sinon, un gîte, le bar tabac, la boulangerie. La boulangerie est en effet fermée, le bar tabac « licence IV » aussi. Nous arrivons pratiquement à la sortie du village, va-t-on devoir déjeuner dans ce restaurant qui à l'air assez cossu ? Mais non, là, dans le dernier virage, Francine aperçoit « l'alimentation » qui de plus, est écrit en gros caractère sur la façade. Ouf !

La maison fait hôtel, restaurant et donc alimentation. Après enquête auprès de notre commerçante à qui nous avons fait part de notre étonnement de ne pas voir indiqué son établissement sur les panneaux, elle nous dit que c'est la Mairie qui décide et que pour trouver son commerce, il n'y a qu'à suivre la route !!! CQFD. Nous achetons du jambon, des fruits, des tomates, des carottes, des cartes postales et du lait.

Nous reprenons la route à la recherche d'un petit coin à l'ombre car le soleil tape dur. C'est chose faite au bout de quelques centaines de mètres, avec en plus la montagne en panorama…

La passerelle d'Ozarté … Il est juste 15 h lorsque nous arrivons au gîte. Après le dépôt des sacs, un peu de détente nous fera le plus grand bien. Vu l'heure, peut être serait-il plus judicieux d'aller découvrir cette passerelle aujourd'hui, sans sacs, comme cela demain nous n'aurions pas un détour de plus d'1 h 30 par ce chemin… La passerelle construite par une société de chasse est malgré tout très solide, mais tangue un peu au passage. C'est surtout le vide impressionnant des gorges qui retient notre attention. De retour au gîte, nous croisons notre moustachu de compagnon de route qui lui fera ce chemin là, demain...




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche