9 - Logibar, 375 m - St Engrâce, 630 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
1e partie : Hendaye - Gabas
9 - Logibar, 375 m - St Engrâce, 630 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 1160 m. Dénivelé – 905 m. 25 km au moins

...Nous prenons le chemin direct en évitant donc la passerelle, mais la journée s'annonce longue. Il fait toujours grand soleil, la montée dans le sous bois s'amorce doucement, Michel est déjà hors de vue, RV là haut !...

…Enfin le plateau d'Ardakhotchia à 980 m d’altitude s'étend devant nous, là où la variante du GR par la passerelle rejoint l'itinéraire normal. Le temps est devenu lourd et des nuages orageux s'amoncellent sur l'horizon. Une courte pause permet de nous reposer et nous repartons de plus belle sur une pente à flanc de montagne. Nous rejoignons une nouvelle piste forestière qui serpente horizontalement…

Nous quittons enfin la piste car si les difficultés sont minimes, le chemin est un peu monotone. Le col d'Anhaou à 1383 m est enfin atteint. Nous devinons le chemin qui nous attend pour rejoindre Saint Engrâce. 4 h 30 au moins. C'est tout en bas, comme toujours ou presque. Il faut reprendre des forces. A l'abri d'un rocher nous déjeunons de nos repas préparés par notre hôte d'hier. Manque le café, mais bon, nous avons pris l'habitude de nous en passer le midi, faute d'estaminet. Assez rapidement, nous reprenons le chemin ou plutôt l'immuable piste forestière. Il fait vraiment chaud cette fois, aucun arbre et la forte réverbération du soleil sur ce sol clair n'est pas pour arranger les choses. C'est interminable.

Après 3 h 30 de descente sans intérêt particulier, les organismes ont souffert, car en plus de la chaleur, une nuée de taons voraces s'abat sur nous à l'occasion de passages en sous bois noirs comme des tunnels et " très glauques ". Les casquettes serviront de maigre défense contre eux. Ah ! Si nous avions de la crème anti…à ne pas oublier, surtout la prochaine fois…

…Après la descente sur la piste forestière surchauffée, nous retrouvons l'éternel bitume. Infernal ! D'après la carte et les panneaux indiquant le gîte, il reste encore 5 km, dur dur. Plus d'eau dans les gourdes. C'est la fuite en avant pour en terminer au plus vite de cette étape qui ne sera pas à classer en tête du palmarès. Rien de plus désagréable que ces parcours de jonction sur une route, et d'une longueur toujours importante. Enfin bientôt l'entrée du village !...

…L'église est là et donc le gîte. Il se résume à une grande pièce dortoir où un groupe de douze cyclotouristes fait également étape, sans oublier notre moustachu qui se repose dans le fin fond, sur son lit.

Plus tard, nous nous attablons avec notre moustachu et dégustons ensemble l'épisode bière. Douche, lessive, détente et l'heure du dîner arrive très vite. Dans la salle très typique de ce restaurant, crudités, côtes de porcs grillées, riz, fromage de brebis, gâteau basque nous sont servis.

12 h de marche, c'est vraiment une trop longue et fatigante étape, mais il n'y a pas beaucoup de moyens de l'écourter et de la rendre plus attrayante, attendons des jours meilleurs...




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche