24 - Orédon, 1852 m – Saint-Lary, 800 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
2e partie : Gabas - Les Granges d'Astau
24 - Orédon, 1852 m – Saint-Lary, 800 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 802 m. Dénivelé – 1854 m. 25km

Pla du Castillon ...C'est un grand beau temps qui accueille notre réveil matutinal. Enfin, il est quand même 6 h 30. Le repos c'est fini !! Après une première approche dans le rangement de nos sacs, nous allons petit-déjeuner. Heureusement, il est possible de le prendre plus tôt que l'horaire habituel. Après, une seconde et dernière mise en ordre des sacs et de la chambre. N'oublions pas le plein d'eau, les pique-niques très copieux, le chargement est au complet. Vérification à toutes fins utiles des organes de freinage sur nos personnes. (Il y a 1854 m de dénivelé négatif !!!, si si, c'est noté ci-dessus, au-dessus de la carte…

…A 7 h 40 mn et 23 s, nous partons pour Saint Lary. Au départ, c'est le même chemin qu'hier jusqu'au col d'Estoudou. Une fois celui-ci franchi, l'agréable descente vers le lac de l'Oule se déroule sous les conifères. Le reflet bleu du lac nous sert de point de mire. Nous le voyons s'agrandir au fur et à mesure de la pente. Nous arrivons sur des rives très ventées. Sur le bord, une large plage de sable et cailloux invite au farniente. Pratiquement à l'extrémité du lac, au départ du chemin qui mène au vallon d'Estibère, une cabane de berger ou de pêcheur, très typique, se maintient tant bien que mal en état. En revanche, la cabane de la Lude à l'extrémité nord est mieux entretenue, fermée, mais en parfait état. Nous sommes à 1829 m, il est 10 h 30, autrement dit l'heure d'une pause. Arrêt d'autant plus apprécié que la remontée vers le col du Portet commence ici même. Donc, arrêts techniques et petits encas revigorants.

Le chemin du col est commun avec celui du Bastan. La montée est heureusement en sous-bois au moins jusqu'à la bifurcation. Le soleil retrouvé ne ménage pas ses rayons…

…Nous nous retrouvons seuls sur ce pittoresque chemin en balcon qui domine de 150 m le lac de l'Oule sur son coté oriental. La pente est à peine prononcée, nous marchons plein sud. Au bout d'une heure, alors que le chemin s'incline maintenant vers l'est, nous pouvons deviner le col du Portet tout là bas, pour ne pas dire tout là-haut. Derrière nous au loin, le massif du Néouvielle dans sa majesté semble nous dire au revoir, à bientôt j'espère, moi aussi...

…A force d'en parler, il finit bien par arriver ce col du Portet à 2215 m. Il est sans doute entre 13 h et 13 h 15, 13 h 07 pour être précis. La pause repas est bienvenue, d'abord parce que nous avons faim, ensuite parce que de l'autre coté de la vallée, il y a du brouillard. Il fera donc plus frais. Curieusement, ce nuage ne franchit pas le col, rabattu qu'il est par les vents bien ordonnés sur le versant où nous nous situons. Donc, nous sommes face au soleil avec le brouillard dans le dos, curieux ! Les vaches, coquettes, font encore de l'œil à Francine pour être sous leurs plus beaux profils. Clic, clac, dans la boîte.

Il nous faut repartir, car le gîte n'est pas encore là. Vielle Aure à 4 h d'après le topo guide, tout en descente ! La fin s'annonce pentue comme l'indique les courbes de niveau de la carte. En route pour la deuxième partie de la journée. Le chemin dominant la vallée est superbe, il surplombe à notre droite la vallée d'Aure et Saint Lary où nous allons...1415 m plus bas !! En face de nous, le Pla d'Adet avec son téléphérique qui ne fonctionne pas en ce moment…

Lac de l'Oule …Encore 3 h…de descente, la pente s'accentue. Au détour du sentier, nous apercevons au loin le Pla du Castillon, vaste mamelon qui surplombe Vielle-Aure. Cette fois, le paysage est très ouvert, car nous sommes sur un immense plateau. Les gentianes sont à peine écloses…

...Nous nous regroupons juste avant l'embranchement du GR 10 et du sentier qui mène vers le petit village d'Aulon. A la bifurcation, nous commençons la « plongée » finale vers la vallée. Nous arrivons sur une piste forestière. Cela soulage un peu les jambes, pas pour longtemps hélas ! En bas, le village de Vielle Aure semble être à des années lumières d'où nous sommes. Les lacets se succèdent, la pente s'accentue. C'est éprouvant pour les genoux, il faut descendre, descendre, et encore descendre…

…Nous débouchons sur la route qui relie Saint Lary au Pla d'Adet. Pour le tour de France, le revêtement vient d'être refait. Le chemin se poursuit en face, c'est à dire dans le vide. Cela semble irréel, une petite encoche dans le parapet signale le chemin. Nous estimons la pente de la route, elle est impressionnante elle aussi. Ils vont en " baver " les coureurs. Eux sur la route, nous sur le chemin, à chacun son épreuve... …Une dernière fois, nous coupons la route. Maintenant, le village est proche, encore quelques centaines de mètres. Ouf...Un joli chemin nous y fait entrer. Sur la place principale, je cherche désespérément du regard les souvenirs passés…

…A ce moment du récit, un point sur le déroulement global de la suite du parcours s'impose. Au départ de Gabas, les réservations des gîtes ont été effectuées jusqu'à Loudenvielle, point d'arrivée de demain.

…A Loudenvielle, deux itinéraires sont possibles pour rejoindre Luchon.

- 1, Le GR10 d'une façon classique par le lac d'OO (Lac des Pyrénées en deux lettres)

- 2, Un itinéraire plus délicat, mais plus grandiose par le lac des Isclots, le col des Gourgs Blancs et son glacier à 2877 m jusqu'au refuge du Portillon, puis Luchon.

Cabane de l'Oule Magnifique itinéraire, mais délicat, avec des passages de neige. A effectuer par beau temps, cela va de soi. Parcours que j'ai toujours souhaité emprunter. C'est l'occasion.

Au choix de l'itinéraire n°2 s'ajoutent trois conditions :

- Un grand beau temps.

- Une neige praticable au niveau du col (nous n'avons pas de crampons)

- La forme physique étant la troisième.

Devant autant d'incertitudes, après Loudenvielle, il était donc plus judicieux de réserver en fonction du jour dit, c'est à dire après demain. Après mûres réflexions et en fonction de ces différents éléments, il me semble plus sage de rester sur le GR 10. Mon souhait ne se réalisera pas cette fois-ci.

Fin de la parenthèse !

La prochaine étape après Loudenvielle sera donc les Granges d'Astau, je téléphone au gîte pour retenir nos places. Pas de réponses. Je recommencerai donc demain. En fait, je ne le ferai pas.

- Et pourquoi donc ?

- Patience...

…Voilà une bonne nuit qui s'annonce sur une étape de demain beaucoup plus relax (je l'espère).




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche