31 - Le lac d'OO, 1504 m – Luchon, 650 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
3e partie : Les Granges d'Astau - Mérens
31 - Le lac d'OO, 1504 m – Luchon, 650 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 771 m. Dénivelé – 1625 m. 12km

Lac d'OO ...Il est enfin là ce jour J. Finis les préambules, les préparatifs ou autres mises en jambes, cette fois, c'est le vrai, le grand, Le départ vers notre destination de l'année : Mérens à l'autre bout de l'Ariège, dans 15 jours…

…Nous sommes seuls maintenant, le col est là haut encore emmitouflé dans son costume d'ombre. Etant situé à 2275 m, il marque la limite entre le versant des Spijoles et la vallée de Luchon. Evidemment, le sentier est composé d'une quantité impressionnante de lacets, mais il fait bon, la pente est raisonnable, le paysage merveilleux, violettes et aconits napel forment un tapis végétal aux teintes violacées, alors prenons le temps…

…Le lac d'OO prend tout son sens grammatical. Plus nous prenons de l'altitude, plus sa forme géographique semble imiter la cette lettre. Il est actuellement parfaitement partagé entre l’ombre qui peine à s'enfuir et le soleil impatient de posséder tout le territoire. Ce soir, il y a de la revanche dans l'air. C'est un magnifique combat quotidien…

…Alors que Francine est à quelques lacets plus bas, je parviens à la limite du soleil. Instantanément, la température fait un bon en avant. Il faut que je quitte la chemise…et prenne une lampée d'eau. Un petit coup d'œil sur Francine qui monte à son pas, ménageant lombaires et souffle et je repars. La Hourquette des Hounts-secs et ses 2275 m est atteinte. Il est 10 h 45. L'appareil photo en main, j'attends que Francine arrive quelques lacets plus bas, entre dans mon champ de vision et clic-clac, la première photo du jour de l’année est engrangée…

Vers Luchon …Du col, nous devinons la vallée de Luchon ses montagnes. A 1 h 15 d'ici, le col de la Coume de Bourg, notre prochain objectif semble à portée de main. Bien qu'il soit à une altitude quasiment identique où nous sommes actuellement, un vallon nous en sépare. Les randonneurs qui sont en bas, ressemblent à de petites fourmis…Bigre !

…Nous pouvons admirer tout ce versant Luchonnais. Nous ne pouvons le voir actuellement, mais derrière la vallée du Lis qui est devant nous, se cache le massif de la Maladeta et le point culminant des Pyrénées, le pic d'Aneto. Plus à gauche, l'espace est si vaste que nous devinons notre itinéraire des prochains jours. J'en profite, pour une petite leçon de géographie. Je montre, gestes à l'appui, à mes camarades la particularité topographique spécifique de la frontière franco-espagnole. Cher lecteur, vous aussi en regardant une carte globale des Pyrénées, vous pouvez vous apercevoir que la frontière forme deux angles droits très marqués. C'est exactement ce que nous pouvons voir sous nos yeux. La frontière cheminant entre montagnes et vallons du Soum de l'Escalette au pic de Bacanère en passant par le col routier du Portillon. Derrière ces montagnes, l'Espagne, la vallée du Val d'Aran lieu mythique et célèbre pour s'enorgueillir d'avoir en son sol, les sources de la fière Garonne…

…Revenons à notre repas très frugal. Installés sur des blocs de pierre, nous profitons pleinement de l'instant. Face à moi, le col que nous venons de passer et que vois-je apparaître sur ce même col ? Je vous laisse deviner…eh oui bien vu ! Les juments et leurs poulains entraperçus tout à l'heure. Ce gros troupeau descend en file indienne notre versant, heureusement, nous sommes un peu à l'écart du chemin.

- Si jamais, l'une de ces bêtes reniflent notre repas, c'en est fini de notre tranquillité, dis-je à mes camarades.

Il ne faut pas bien longtemps pour vérifier la véracité de mes prédictions, car nous entrapercevons les oreilles attentives et les museaux alléchés se diriger vers nous.

Les pourparlers et négociations vont bon train. Une carotte par ici, un morceau de pain par là en échange d'une caresse et d'une photo. Il faut se rendre à l'évidence, notre espace vital se réduit de plus en plus. Pendant que je donne un morceau de pomme à l'un, un autre tente d'ouvrir avec une délicatesse toute particulière, mon sac. Il ne faut pas brusquer les choses, ni effrayer le troupeau, mais être ferme sur les revendications. Comme une partie de mes partenaires a lâchement quitté la table des entretiens pour finir son repas plus loin, je me retrouve avec Francine pour débattre sur la suite à donner aux événements…

…Nous entamons notre descente vers Super Bagnères. Un peu moins de 470 m de dénivelé négatif, puis encore 1150 m jusqu'au bas de la vallée à Luchon. Temps total estimé : 1 h 30 plus 2 h 30. Le sentier en balcon est rocailleux et caillouteux. Au détour d'un lacet, nous découvrons les bâtiments de la station d'altitude de Luchon. C'est déjà ça. Peu avant, les pâturages aux alentours, ressemblent à une succession de grandes vagues qui viendraient mourir sur la montagne. Le soleil jouant avec ses nuages leur donne une multitude de tons vert pastel. Nous prenons pied sur le chemin maintenant plat qui mène au centre. Que de monde, c'est un endroit très touristique et pratique d'accès. La ville est 1150 m plus bas, impressionnant…




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche