32 - Luchon, 650 m – Fos, 544 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
3e partie : Les Granges d'Astau - Mérens
32 - Luchon, 650 m – Fos, 544 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 1440 m. Dénivelé – 1549 m. 20 km

Artigues ...Si jusqu'à présent et depuis Hendaye les gîtes étaient assez bien répartis, cette année pour deux étapes, il en ira tout autrement. La première est aujourd'hui avec une randonnée d'une durée totale de…11 h 30, oui, je pense comme vous, cela laisse songeur. La seconde sera plus loin, vers le plateau de Beille, j'en reparlerai en temps utile…

…Après une nuit délicate, je parle pour moi bien sûr, le jour qui se lève laisse envisager une journée mi-figue, mi-raisin. Des lambeaux de nuages s'accrochent obstinément à une montagne qui ne demande qu'à vivre au soleil...

…Artigues, situé à 1230 m d'altitude est le type même du petit village montagnard. Malgré cette « miaou » (à cause du chat qui se frotte sur nos pas) et pourtant mi-mois d'été, la poignée d'habitants se prépare à passer l'hiver rudement. En effet, le bois est débité, fendu, scié et stéré dans bon nombre de chaumières. Le froid n'a qu'à bien se tenir. Même ce chat a son original petit chalet, façon modèle réduit et toit de lauzes…

…Le chemin abandonne les dernières maisons et devant nous s'ouvrent des espaces récemment fauchés. L'humidité magnifie les parfums multiples qui embaument l'air. Un petit matin enchanteur, comme souvent et révèle l'éveil de la nature. Notre soleil prend un malin plaisir à disperser harmonieusement ses rayons entre des nuages courant sous le vent léger.

Là, au détour du chemin qui s'écoule en pente douce, le simple spectacle de deux superbes arbres inondés de lumière, isolés dans leur champ sur un fond de montagne embrumée, m'oblige à m'arrêter pour contempler une de ces scènes que dame nature veut bien nous accorder. Ces instants fugaces mais inoubliables nous récompensent de nos efforts…

Saunières …Que dire et redire sinon que ce sentier en balcon, dominant la vallée, procure des joies intérieures intenses. Peu de bavardages, c'est dire si nous sommes pleinement conscients du bonheur d'être simplement là. Le replat qui s'annonce nous fait découvrir la cabane de Saunières à 1660 m plantée comme une tour de guet sur la vallée Luchonnaise…

…La petite pause terminée, nous repartons vers le col de Peyrahitta et ses 1947 m. Toujours une pente très raisonnable parmi les gentianes défleuries et les brebis en pâture. Nous franchissons le col et nous arrivons à une fourchette du chemin (grande fourchette à deux dents) En ce lieu, un abreuvoir marque les deux possibilités du GR. C'est simple, une flèche et une croix ! Le sentier s'étire comme un long serpent cherchant son chemin dans son univers minéral. Nous arrivons enfin au lac nommé « du Dessus » à 2018 m. Celui « de Dessous » son compagnon d'infortune a laissé s'évaporer toute sa substance sous le soleil implacable de l'été. Nous n'aurons pas le loisir de profiter bien longtemps du site car un épais nuage vient subrepticement envahir la montagne. J'ai juste le temps de visualiser et mémoriser notre cheminement jusqu'au col…

…La courte montée du col dans cette purée de pois, est l'occasion de découvrir malgré tout quelques champignons dits " rosés des prés ". Nous prenons pied au col des Cigalières à 2093 m. Que dire de ce col sinon, qu'il faut y redescendre le plus vite possible, c'est le blizzard. Les sentes crées par les brebis sont nombreuses, et trouver le chemin nous demande quelques réflexions. Maintenant plus de choix possible sinon que de descendre, encore descendre et toujours descendre dans ce décor fantasmagorique. Nous en avons pour 4 heures. Bien plus bas, le dessous du rideau de coton dévoile enfin le paysage, nous sommes passés sous le nuage resté accroché au plafond. Une large vallée dont nous ne voyons pas le bout s'offre à notre vue. La forêt arrive. La cabane d’Artigue que nous croisons est encore un lieu de bivouac…

…Curieusement, le sentier devient entièrement dallé et très glissant voire dangereux par endroits. Les pas sont mesurés et précautionneux. Avec ce temps plus qu'humide, il faut redoubler de prudence.

Bon allez, je vous confie la phrase qui m'est venue à l'esprit à ce moment là. Je vous préviens, c'est un mauvais pastiche d'une citation célèbre.

" Des petits pas pour l'homme, un grand pas pour l'humidité "

Je vous avais prévenu, oui je sais, j'ai un peu honte, ce n'est pas brillant….

Au bout de 3 h 30 bien tassées de cette descente infernale, nous entrevoyons enfin le bout de la vallée...Nous prenons pied sur le chemin de halage du canal de dérivation de la Garonne, qui vient à peine de naître dans la toute proche vallée espagnole du Val d'Aran, mais elle est déjà adolescente ici même, pour devenir adulte dans le piémont pyrénéen…

…A la recherche de notre gîte d'un soir, nous arrivons sur la petite grand'place du village de Fos. Nous sommes accueillis par le jeune gardien. Il est 17 h 45.




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche