46 - Le refuge des Bésines 2104m - Les Bouillouses 2020m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
4e partie : Mérens - Banyuls
46 - Le refuge des Bésines 2104m - Les Bouillouses 2020m
Extraits du livre.

Dénivelé + 572 m. Dénivelé – 656 m. 18 km.

Le jour d'avant celui d'après

Bouillouses ...Il est sept heures tapant, le thermomètre extérieur marque 7°C, c'est cocasse, non ? Une température idéale pour marcher. Par la fenêtre maintenant entrebâillée, l'air frais s'engouffre. Cela ravigote, comme la sauce, et éveille les esprits. La première journée n'a pas laissé trop de douleurs particulières, c'est déjà ça. Puisque mon petit monde est fringant, enfin presque, direction le p'tit dèj. Même table, le bruit en moins…

…8 h, un ciel clair et bien bleu nous annonce une très belle journée en perspective. Inutile de vous dire qu'à cette température nos mosquitos piqueurs sont encore sous la couette...

…Du refuge des Bésines, nous allons au lac des Bouillouses, au gîte situé à l'extrémité du barrage. Le profil général de l'étape se résume ainsi : Un premier col celui de Comat d'Anyell à 2470 m, une descente vers l'étang du Lanoux à 2220 m, un deuxième col, la portella de la Grava à 2426 m, puis une longue descente vers le lac des Bouillouses. Allez, je vous fais le tout pour 9 h, arrêts pauses, techniques et photos compris (parce que c'est vous !) Nous nous élevons vers le Nord-Est par la rive droite d'un affluent. Au pied d'un ressaut, nous le traversons à gué et continuons dans un couloir d'éboulis, encore un. Un dernier effort et nous parvenons à nos premières traversées de névés, au niveau de la belle jasse des Bésineilles à 2350 m. C'est une magnifique cuvette herbeuse, sorte d'étage intermédiaire entre le col et le lac. Là encore le ruisseau serpente gracieusement dans cet univers tourbeux. Et toujours l'impression étrange de marcher sur de grosses éponges. La lumière de ce lumineux matin apporte tout l'éclairage indispensable pour un environnement aux couleurs extraordinaires…

Halte …Un nouvel épisode blanc se présente. La neige est toujours plus molle. Les traces sont grandes et larges pour ne pas glisser. Ce replat accidenté n'est que de courte durée, nous poursuivons dans les éboulis plus ou moins stables malgré le sentier bien tracé. Voilà, il est 10 h 45 et nous sommes au premier col du jour, qui est, je vous le rappelle, celui de Coma d'Anyell à 2470 m. Si le précédent névé luttait courageusement pour sa survie, celui qui est devant nous au niveau même du passage n'offre pas, mais alors pas du tout, le même aspect. En effet, le col est tout simplement couvert de neige d'un glacé parfait. Le GR est là, dessous…

…Notre prochain point de repère, le lac de Lanoux est bien visible à notre droite. Pour y parvenir, un grand plateau marécageux au pied du col se signale par ses poches d'eaux scintillantes sous le soleil. La descente vers ce plateau est acrobatique mais sans risque. Bien sûr, les marques du GR ont disparu, englouties par la neige d'hiver. Nous cherchons en vain. Je pense qu'il est un peu plus haut. Mais je propose de filer tout droit au travers de ce vaste plateau en direction de notre lac, nous retrouverons le GR plus loin. Aucun risque de se tromper en marchant à vue avec le lac en ligne de mire. A ne pas faire les jours de brouillard, ce serait une autre histoire…

…D'où nous sommes, le col de la Portella de la Grava se devine aisément. Il se situe en haut d'un haut plateau battu par les vents et les pas ont gravé le chemin dans la terre. Il ne semble pas très pointu, mais la distance est difficile à évaluer. Devant nous, se situe la face nord du pic Carlit et ses 2921 m. A priori, demain, nous serons sur l'autre versant en le contournant par les Bouillouses. Bigre !...

…Après la pause, nous repartons. Les estomacs à peine sustentés de leur salade, fromage et fruits emportés. Il n'en faut pas plus. Les 421 m de dénivelé qui sont devant nous semblent malgré tout assez débonnaires, mais méfions nous de l'après déjeuner ! Le col est atteint à 2426 m. C'est un col qui fait le dos rond. Pas de rocher ni d'éboulis, non, rien qu'un beau sentier entouré de pâturages et de ruisseaux. L'autre versant tout aussi agréable nous fait basculer dans le domaine des lacs d'altitude et de leurs eaux d'une pureté inégalable. Le large vallon qui s'offre à nous est un véritable enchantement. Les genêts en fleurs apportent de véritables coups de soleil. Leurs jaunes éclatants s'accordent à merveille au rouge des rhododendrons pour illuminer l'environnement aux couleurs du pays Catalan…

…Parvenus au niveau du barrage, nous traversons la digue pour rejoindre notre hébergement du jour, il est 17 h. C’est une agréable auberge où nous avons une grande chambre avec 3 lits simples et un double. Avant la douche, nous nous retrouvons sur la terrasse bâchée. Malgré le soleil, la température fraîchit et la petite laine n'est pas de trop, c'est le contre coup de la transpiration de la journée…

…Après le repas, nous préparons nos sacs pour demain. J'en profite pour téléphoner en cachette à Madame météo. Malgré cette superbe fin de soirée, elle n'est pas très optimiste sur ses prévisions avec en gros : un ciel bas et par conséquent nuageux, dommage, nous verrons bien, nous n'avons pas le choix.




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche