47 - Les Bouillouses, 2020 m
Accueil Album photo Expos Mon livre Contact Livre d'or Liens Revue de presse Népal
Hendaye - Banyuls, la grande traversée, par Gérard Filoche.
4e partie : Mérens - Banyuls
47 - Les Bouillouses, 2020 m
Extraits du livre.

Dénivelé + 380 m. Dénivelé – 380 m. 10 km.

Acclimatation

Bouillouses ...Comme prévu, le jour qui s'annonce est : de repos, d'acclimatation, de détente, de balade, oui, tout ça réuni ! Mais, il ne faut pas croire que nous allons rester les pieds dans les charentaises en regardant le soleil exécuter sa course dans le ciel, non au contraire, je vais entraîner mes camarades dans la découverte de la magnifique région des lacs. Randonnée que j'ai déjà effectuée au siècle dernier...Une bien belle journée en perspective. A propos de belle journée, Madame météo s'est mis, pardonnez moi l'expression, le doigt dans l'oeil. Le ciel est d'un bleu que nous envierait le peintre Klein, et rien n'indique que cela change au cours des heures à venir…

…A 6 h 30, eh oui, même en ce jour, je sonne le réveil des troupes ! Les avis sont très, très partagés ; bon allez pour une fois, je balance : cela va du réveil fringant de Gérard, au laborieux de Francine, suivi des grognements de Michel. Mais, si je promets un p'tit dèj rapidos...à moelle, en moins de cinq, tout le monde est debout, allez savoir...

…Une heure plus tard, non, je plaisante, nous sommes enfin prêts. Cette fois, c'est bon ? Ok. C'est parti, ah oui !, je voulais vous donner les noms de ces superbes lacs et vous décrire brièvement l'ensemble de la randonnée. Alors voilà dans l'ordre :

- L'Estany, qui est le nom local de l'étang, vous l'avez deviné ; l'Estany Negre, l'Estany Sec, l'Estany de la Comussa, l'Estany de Vallell, l'Estany de Sobirans, l'Estany de Trébens, l'Estany d'en Gombau, l'Estany de Castellà, l'Estany de Les Dugues, et pour terminer, l'Estany del Viver. Rien que du beau monde et le terme est faible. C'est bien sûr, un magnifique circuit en boucle avec au fond de la vallée, l'emblématique Puig Carlit, qui avec ses 2921 m est le plus haut sommet des Pyrénées Orientales. L'environnement est de toute beauté, les yeux vont rentrer bien fatigués d'admirer tant de paysages d'eau et de verdure.

Carlit Le chemin serpente agréablement entre genêts et rhododendrons, puis se faufile parmi les sapins pour parvenir au premier lac. L'onde légère frise sa surface tel un troupeau de brebis en mal de berger. Le contre-jour offre des ombres et des lumières qui ne laissent pas indifférents les appareils photos. Au niveau de l'Estany de Vallell, un petit détour au bord même de ses rives s'impose, les petites fleurs qui trouent sa surface apportent une touche curieuse, elles ondulent et tissent un tapis blanc. A ce niveau part un itinéraire qui permet de faire une petite boucle vers l'Estany de Les Dugues, mais ce n'est pas pour nous. Le plateau se découvre au rythme de la douce musique du paysage. Quelques rudes passages d'éboulis succèdent aux pâturages. Nous parvenons en vue du Puig Carlit, dont nous devinons aisément le tracé qui mène à son sommet…

…Pour nous, le sentier redescend lentement vers l'Estany de Sobirans que nous admirerons, de notre point de vue. L'heure du pique-nique quotidien sonne dans les estomacs affamés. Un abri au bord du torrent ne serait pas pour nous déplaire. Le tout est de trouver l’endroit idéal, qui se résume en un espace de verdure, un torrent et quelques rochers pour nous protéger de la légère brise fraîche qui descend de la montagne. Brrr ! Voilà, c'est trouvé, là, un véritable coin de paradis. De plus, un somptueux massif de rhododendrons en pleine floraison nous apporte un plus grand abri. Que demander de plus, c'est le Bonheur, avec un grand B...

…Plus tard, donc, le temps de la montre n'ayant qu'une importance relative, nous songeons à repartir. Vient le minuscule Estany d'en Gombau qui ne fait figure que d'un petit Poucet, mais quel charme ! A une centaine de mètres lui succède l'Estany de Castellà. Au niveau de l'Estany de les Dugues, une pause photo nous permet d'admirer au loin, notre chemin de ce matin. Inutile d'en décrire plus, c'est toujours aussi beau. Sur les bords du dernier Estany du jour, celui del Viver, les herbes roses aux fleurs blanches percent cette eau d’un bleu pur. C’est un moment esthétique d’une densité parfaite. Respirons....

…Nous retrouvons la bifurcation du chemin de ce matin et le reste de la balade n'est qu'un agréable dénouement. Il est 16 h lorsque nous retrouvons notre hébergement.

Quelle journée !




L'ensemble du site, textes et photos, sont la propriété de © Gérard Filoche